[PEGI 18] Le crime d’Onan

Le vague à l’âme, mes pensées vagabondent vers des horizons exotiques, pleins de promesses extatiques, qui s’étalent sous mes yeux rêveurs comme autant de femmes séduites et séduisantes se couchant pour mieux à moi s’offrir. Ne plus souffrir, ne plus s’ouvrir, succomber à ces fantasmes érotiques où je redeviens le puissant, l’aimé, l’amant, l’enfant, l’heureux, l’infidèle joueur explorant les mystères de ce monde redevenu nouveau. Alors seulement l’inconnu redevient invitant, charmeur; ô vil tentateur, j’oublie à présent qui tu fus, celui que je fuis, et je redécouvre l’excitation qui précède le dénouement, car dénudé tu es aussi vil que n’importe quel être, déception qui alors de moi s’empare telle une main invisible qui par mon indifférence me fait de toi m’éloigner, me secoue, m’astique. Et je goûte à présent aux humides plaisirs de l’aventure, loin de toute honte, la feuille de vigne à mes pieds. En conquérant, je foule la terre des tabous refoulés, la tendre moule, verge à la main, et me répand sans repentir, sans opposants interdits à mon expression, libre de me confondre en elle, redevenir soi et briller de mon centre jusqu’au sien, perpétuer le cycle de la vie et la fertiliser dans un râle bestial et victorieux que soutiennent ses gémissements satisfaits : Tu couine, hein? Tiens, voilà du boudin, et d’la vie dans tes entrailles! Soulagé, apaisé, blottis au fin fond du buisson [encore] ardent, je me laisse bercer par les mots tendre de quelques souffles printaniers, les mains encore baladeuses caressant la rosée encore fraîche sur l’épiderme de mon Univers qui s’endort, m’éteignant peu à peu moi aussi … la vie est belle!

Publicités

13 réflexions au sujet de « [PEGI 18] Le crime d’Onan »

  1. Comment savoir toucher l’autre, comment se sentir bien avec un autre corps si on a pas découvert le sien avant tout, si on se visite pas soi même, si on ne s’aime pas soi même avant d’aimer une autre personne. Et puis comment se laisser toucher si on ne connait pas son propre corps, ses propre limite ? Ça me parait impossible. L’abus serait possible.

    Se faire l’amour à soi même, c’est joli…

    Aimé par 1 personne

    1. C’est surtout honnête! Il y a trop de tabou sur ce sujet. On en fait une chose sale, alors que ca ne l’est pas. Bien avant même d’être l’acte de se découvrir, c’est tout d’abord répondre à une pulsion naturelle du corps. Je pense qu’à force de contenir nos pulsions sexuelles, on finit juste par devenir de vils pervers.

      Je n’avais pas encore été plus loin dans ma réflexion, mais je trouve que ce que tu dis est très juste.

      J'aime

  2. C’est à cause de l’histoire, de la religion, et des valeurs sociétaires : ça laisse des stigmates ;)
    Tu sais moi je l’ai vu, les hommes sont bien plus blessés qui ne l’avoueront jamais, ils ont peur d’être pervers, ils ont peur de ne pas « assurer », ils ont peur si tu n’as pas besoin d’eux en tant que femme, si tu es trop libre. Ils sont fardés d’une virilité construite sur des conneries, ils n’osent même pas montrer leur sensibilité de peur de perdre leur virilité justement. Lorsque tu les regardes vraiment et que tu leur montres ce qu’ils ne regardent pas d’eux même ils fuient. Alors que là commence la rencontre.
    Le bien, le mal : il faut passer au delà de tout ça comme disait Nietzsche.
    Evidemment tout ces sujets sont tabous et c’est toi qui passe pour un fou si tu les mets à jour ou si tu es libre d’en parler sainement, mais ça comme beaucoup de chose. Si tu exprimes ta colère (sans être violent avec l’autre) sans refouler tu passer pour un dingue qui ne sait pas se contrôler alors que là c’est toi qui est sain, honnête et humain. Refouler ça donne naissance aux monstres, aux ennemis intérieurs.

    Et puis si on en reste à la pulsion ben ça reste une pulsion de vie ! Ni plus ni moins.

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis entièrement d’accord avec toi. C’est pour ça que là j’ai envie de déconstruire tous nos mythes et dénudés nos tabous, parce qu’il ne peut rien en sortir de bon. Et puis aussi parce que ca deviens, pour moi, juste invivable. Les gens manquent trop de conscience à force qu’on leur en prive ou qu’on les forme à ne pas la développer. Et pour être honnête, j’en ai vraiment assez de me prendre l’inconscience humaine dans les dents! Et comme tu le dis si bien toi-même, ne pas jouer ce jeu malsain, c’est porter l’étiquette du dingue (et là c’est resté gentil), alors que, encore une fois, comme tu le dis si bien, c’est nous qui sommes dans une démarche saine et eux dans la folie … Je refuse de me laisser bouffer par les fous, ou de me plier face à eux!

      Aimé par 1 personne

    1. Surtout vu comment on nous formate … vaut mieux déconstruire si on veut avoir une chance de s’en sortir =P Par contre, pas toujours évident de bien faire la distinction entre fausses « vérités » et connaissance honnête (je crois pas en la vérité, j’essaye juste de trouver une réalité, mais c’est franchement pas facile). C’est pour ça aussi que de toujours quasiment tout remettre en question est important pour moi (et aussi parce que c’est comme ça que je suis, mais chuuuuut, ca reste notre secret =P)

      Aimé par 1 personne

      1. La lumière de ce jour (ou de la renaissance ;) )

        La lumière de ce jour m’apparait différente
        Elle se pose sur moi me caresse inconsciente
        Des changements en cette heure de mon âme impatiente
        Qui a vue et sentie, une vie convalescente

        La lumière de ce jour, elle me lie à demain
        Elle me dit viens et prend, n’aies plus peur de ce lien
        Il m’a fallu du temps, desserrer mes deux mains
        Et les pertes sont grandes, elles jonchent mon chemin

        La lumière de ce jour les éclaire pour moi
        Je sais bien qu’elles sont là, mais avance mon pas
        Il est sur et serein, il sait maintenant sa loi
        Les doutes se profilent mais ne m’arrêteront pas

        La lumière de ce jour fait voler mes pensées
        Elles me suivent partout mais elles sont mes alliées
        Pour m’en débarrasser j’ai pourtant tout tenté
        Les croyant si gênantes, j’ai failli me tromper

        La lumière de ce jour me rappelle à la vie
        Sans elle je ne vois rien je me perds dans mes nuits
        Et alors m’envahit une grande mélancolie
        Car il est des pays où l’être humain survit

        La lumière de ce jour enfin je la partage
        Voyez là de vous-même et elle vous fera sage
        Elle peut être croyance, un dieu ou bien un mage
        La mienne est de ne croire à rien, pas même cette page.

        Aimé par 1 personne

        1. Tu es d’humeur bien poétique. Ca fait plaisir à lire :) Merci pour ton poème, ca me rappelle des moments passés avec une amie que je ne vois malheureusement plus. On s’envoyait des poèmes spontanés sur tout et n’importe quoi. C’était devenu notre manière de discuter. Des fois j’y repense. Ca m’a beaucoup manqué. De gros bisous pour toi :)

          J'aime

          1. Ha celui là est de l’année dernière mais il était dans l’air de notre discussion ;)

            C’est brutal parfois la vie, elle nous sépare des gens quand on se sent bien avec eux, en confiance même, ce qui est rare. Ça m’est arrivé plusieurs de fois, c’est brutal à chaque fois.

            Aimé par 1 personne

          2. On est poètes contemporains alors :) on va pouvoir faire nos « correspondances » ;) ça me fait penser à une image de moi dans un petit appart que j’avais sous les toits, j’adorais y être et écrire sous le bruit de la pluie, je faisais un bon dans le passé et dans ces personnages qui m’ont toujours suivis à travers mes lectures.

            Aimé par 1 personne

Vos commentaires sont les bienvenus ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s