J’ai encore pensé à l’Amour

L’amour spécifique est une chose bien étrange. Volatil d’origine, nous le fixons par l’effort quotidien d’une passion qui s’éteint et d’une habitude qui grandit, parfois d’une peur de la solitude. Mais cela n’est que pour ceux qui étouffent en eux l’amour universel. Sans objet à l’origine, il est facile de lui en fixer un [d’obje(c)t(if)]. C’est comme une flèche dans un carquois infini : au début, aucun cœur en particulier n’est sa cible, jusqu’à ce que l’archer en décide autrement. D’ailleurs, l’amour le plus durable, le plus sincère, n’est-il pas de cette sorte? Il est de raison et non de passion ; il est de volonté et non de caprice ; il est durable, non éphémère, sinon on parle d’aventure ou de flirt ! Mais là on parle d’amour, de ce courant qui nous pousse vers l’autre autant qu’il nous y attire, hors ce n’est pas que l’âme qui doit se laisser convaincre mais aussi l’esprit. Et par sa nature ministérielle, Iznogood psychique, c’est par la décision volontaire qu’il se laisse le mieux mener.

À travailler,
Bisous

Publicités

25 réflexions au sujet de « J’ai encore pensé à l’Amour »

  1. « c’est par la décision volontaire qu’il se laisse le mieux mener…. » le cœur ? Tu parles d’âme, d’esprit il manque un troisième élément ! La petite voix du cœur ou les battements qui secouent ma, ta, sa chair narcose seraient plus justes…
    Quiz de l’amour spécifique ? ou tu veux dire j’ai continué ton récit l’amour avec un grand A ? Existe-t-il cet amour là ? Rare surement mais surement quelques rares spécimens…. Pardon je suis plus vieille que toi ceci explique peut-être ma position … Un sujet ou il y a tant à dire… rien qu’avec ceci : « Il est de raison et non de passion ; il est de volonté et non de caprice ; il est durable, non éphémère, sinon on parle d’aventure ou de flirt !  »
    – de raison oui cela évite les déchus, les chutes qui font mal mais un amour de raison on doit s’emmerder non ? (pardon je suis crue et je souris derrière mon écran, mémoire remonte sans doute, une bulle de mémoire oui c’est cela :) )
    -volonté ou tu veux dire murement refléchi et non consommé comme la baise kleenex ? (re pardon j’écris bcp sur ce sujet là aussi !!!)
    -durable ? Comment peut-on le savoir ? Effectivement cela renforce la phrase d’avant le kleenex et on baise et on baise et éventuellement on se connait ensuite, enfin lorsqu’il y a une suite…
    ♥ Voilà pour toi…moi aussi je pense à l’amour et je le vis, encore et toujours, moi qui pourrait, je pense, être ta mère et c’est ce qui nous maintient en vie l’amour ! Cet amour immense et non réduit, cet amour universel à faire fructifier de différentes manières… Merci !
    Marie

    Aimé par 1 personne

    1. Oh non, le coeur, je le crois, se laisse mener, malmener même, beaucoup plus simplement, par tout évènement, mais je pars du principe, en fait, que c’est la raison, entre autres, qui l’empêche, lorsque ce ne sont les fougues de notre chevaline âme. Tu me pose bien des colles ^o^’, finalement ce texte est trop incomplet et immature que pour être bien honnête :s Il y a à l’origine de ce texte ce que je vois des amours nouveaux des générations nouvelles qui, comme beaucoup de choses chez elles, ne sont que caprices : une société du désir uniquement, tout en apparence et rien en profondeur, hors le désir, de ce que j’en connais, n’apporte que deux choses : frustration et plus de désir (c’est l’amorce de sa mécanique, son germe auto-fécond). Et, selon moi, le désir s’oppose au besoin, comme la jouissance s’oppose à la satisfaction. La jouissance est éphémère et par la mécanique même du désir empêche la satisfaction, alors que la satisfaction, tout aussi temporaire, parce que non né du désir, n’empêche la plénitude, le bonheur. Au contraire, à force d’être capable de satisfaire à ses besoins, ont acquiert, par accumulation des fiertés, assurance en sa capacité d’être, cette chose nécessaire que pour ne pas se laisser dompter par ses peurs et au contraire en faire nos alliées. Et c’est du consumérisme et des enfants terribles que n’est cette étrange course au désir, et je voulais faire un lien avec ces nouvelles manières d’aimer, tout en passion, tout en caprice. Pas que je pense que la passion en elle-même soit à éviter, c’est une amorce et les gens ont bien besoin de leur carotte, et c’est comme l’orgasme, je suis loin d’être contre :p Juste que les comportements extrémistes, fanatiques des nouveaux donne des relations qui ne dure que le temps de la passion et après c’est trop chiant donc on se quitte. Hors pour moi, ce n’est pas de l’amour ça. Ca c’est de la masturbation à deux (ou à plus, ca dépend des gens). Oui, sans passion, on doit effectivement s’ennuyer, mais ca dure combien la passion? 6, 9, 12, 15, 18 mois? Donc pour la faire durer c’est bien un effort quotidien? Et cet effort doit bien être volontaire? Donc la raison doit y consentir? Donc il lui faut trouver intérêt?

      Si on s’interroge, la base est déjà un respect, une acceptation, un apprivoisement, donc une recherche de l’autre, une philosophie de l’autre. La passion elle, est un moteur, et il n’est pas obligatoire. On peut être heureux dans un calme également, non? Bon, là je parle de couples très anciens, qui ont duré, mais qui existaient dans des contextes qui ne sont plus. Moi j’ai encore besoin de passion, j’accepte juste d’autres possibilités. Mais je dit de raison non pas en rapport à « mariage de raison », mais juste pour souligné le fait que l’amour ca s’entretient et que pour entretenir le foyer, il faut mettre du feu, souffler doucement sur les braises, et que pour ça il faut bien le vouloir, hors le vouloir n’est-il pas l’acceptation de l’esprit aux envie de l’âme, et quant à ce que cœur qui nous murmure, c’est vrai que je n’en ai pas parlé car je ne sais pas encore exactement de quelle nature il est. Je me dis qu’en chaque point, corps, âme, esprit, et ces deux dernières choses dont je ne parle pas encore (il y a la Nature : le potentiel, le silence; et l’autre … c’est l’absolu selon moi, mais il faudrait en parler plus longuement plutôt que de juste les évoquer, et ce n’est pas évident), s’exprime soit séparément, soit en composition, soit à l’unisson.

      Je ne sais pas s’il faut réfléchir pour aimer. Je suis un grand naïf tu sais =D Moi je veux juste aimer. Et l’amour maturera bien par lui-même en se spécialisant. Je sais, je parle comme un bisounours XD Et oui, cet amour universel, c’est celui en majuscule, et l’amour spécifique, s’il ne vient de l’amour universelle, c’est celui en minuscule microscopique (et il est multiforme celui-là). Ca peut paraître étrange que je parle de chose absolue qu’on peut concrétiser et aussi de déconstruire les mythes et tout cela, non? x)

      Voilà, c’est encore incomplet, mais je pense avoir fait ce qu’il fallait pour rendre ce texte moins malhonnête. Enfin, non, il reste encore des choses à détailler :s Enfin, on en saura un peu plus long sur ce que je pense ^o^ Ahah, tu vois que je ne suis pas une vielle âme ;) En tout cas merci de me rappeller un peu à l’ordre, c’est important d’avoir des gardes fous. Si tu savais comme je joue les funambules si souvent :s

      Sinon, oui, je pense que l’amour universel existe, au même titre que le bonheur, comme une réalité immuable qui existe depuis l’aube des temps, et perdurera jusqu’à sa fin, et je crois aussi qu’ils n’appartiennent à personne, mais que tout le monde peut l’éprouver, pour peur qu’on arrive à faire en nos terre un trou assez large, là où il le faut, pour qu’ils puissent en jaillir, même s’ils nous dévorent et en eux nous réintègrent, mais faut pas avoir peur. Je pense que ce qui les empêche de s’exprimer, ce n’est pas tant l’égo, bien qu’il finit très vite par y participer, mais aussi toutes les croyances qu’on nous inculque, ces hontes insensées, et aussi parfois des douleurs qu’on choisit, d’autres qu’on ne choisit pas. En tout cas quand je les regarde tous les deux (sont-ils distincts d’ailleurs?), ben ils me sourient mais ne sont pas trop bavards … ahah, bisounours n’est-ce pas? XD Il faudrait un jour que je prenne le temps d’être plus complet sur ce j’ai observé et ce que je crois après coup, mais ce n’est pas toujours évident de trouver les mots … le langage est si séquentiel … c’est frustrant, parce que là bas, les choses ont encore plus de dimensions qu’ici, et le temps est si étrange … pensées parallèles, arborescentes même parfois … c’est si compliqué … enfin voilà :)

      Gros bisous :)

      Aimé par 1 personne

  2. toujours aussi tonitruent.. sincère et vrai…en cette évidence…. ;-)
    ce mal d’amour qui nous tue… mais nous fait renaitre…. en force par des mots …. de toute passion….
    un appel …. à l’autre…. en face de son miroir… pour répondre à notre aspiration… à nous emmener l’inspiration…. et la renvoyer…. tambour battant en soi…. en l’autre…et dans le monde…. ;-)
    le vivre est rare et exceptionnel … car peu on l’esprit de le voir ainsi…. et l’investissement à en perdre la tête montre toute la folie sincère qu’est l’amour…. en duel de sa soif….

    la quête est grande… mais ce qui est grand… est puissant….
    l’esprit dirige les raisons, le cœur enveloppe les sentiments, le corps absorbe le plaisir….
    l’Unité des 3…. en font un vrai symbole…. universel….

    Aimé par 2 personnes

    1. Pour le coup, j’ai réalisé grâce à Marie que je n’avais pas été aussi honnête que ça, trop incomplet :s Désolé, je n’ai pas bien servi l’amour :s

      « car peu on l’esprit de le voir ainsi », malheureusement je suis tout à fait d’accord :/ On nous conditionne trop à la consommation pour voir les choses autrement :/

      Aimé par 1 personne

      1. l’honnêteté est de l’avoir vécue….ainsi…
        ;-) et si vous avez été…. »au service de l’amour » quelque soit la manière.. à s’y emmêler…. vous êtes….encore…plus vrai….
        voyez vous…..? l’amour est une source de reflet en soi… par l’autre…. et donc…. on y grandit… en l’ayant compris…..

        car dans cette pensée , la Sincérité fait l’empreinte de l’amour en tout…. même avec ses petites erreurs d’appréciations… on ne peut se juger… juste se pardonner d’avoir été trop ou pas assez…
        c’est déjà une Grande qualité… d’y songer… et de continuer …. à s’exalter….;-))
        mes théories sont pas d’ici bas.. espérant qu’elles résonnent en vous…. soyez toujours Vous….;-)

        Aimé par 1 personne

        1. Oui, elles résonnent efficacement :) Et m’ont également rappelées quelques choses que j’avais presque oublié :) En fait deux choses plus précisément, et l’une d’elle est en plus ce que je cherchais en ouvrant ce blog : l’indulgence vis à vis de soi-même. Merci :)

          Aimé par 1 personne

          1. yessss……. et cela va à ravir…. à celui qui l’a compris…. ;-))
            le partage des pensées font raviver les vôtres…. et si n’étaient renforcées le seront…. par votre ouverture…. votre écriture….car en fait vous aviez cette résonnance… juste mettre le mot  »dessus »…

            nous sommes en hauteur sur notre histoire…..dès que son empreinte s’imprime en indulgence….sur notre cœur…. bonne soirée… grand plaisir de vous suivre … ;-))

            Aimé par 2 personnes

          2. Je pense également que c’est l’un des actes essentiels pour une véritable libération: indulgence. Je la vois comme le regard d’un père ou d’une mère sur ses enfants, et la mémoire n’est-elle pas quelque part notre progéniture? Mais pas seulement la mémoire, c’est ce nous de ce que l’on nomme passé. A l’indulgence succède forcément la tendresse. Non pas qu’il faut sacrifier le réalisme, mais justement c’est là, je trouve, qu’il s’exprime le mieux, car pour être véritablement indulgent, ne faut-il pas d’abord comprendre? Et puis pas de cette tendresse qui ramollit et finit par affaiblir, non, plus celle en laquelle existe le germe de la motivation : caresser puis transporter … Et en y repensant, l’Amour n’est pas la force qui cherche à combler les distances car elle est l’abolition même des distances. Ce n’est donc ni son but, ni son acte. Non, l’Amour, je le pense, est cette générosité sans calcul qui aide à faire grandir les plantes, cette force de soutient discrète, cette caresse qui exhorte à exprimer son potentiel dans l’intelligence de soi et des autres (ce que d’autres appelleront respect).

            Et le plaisir est partager :)

            Aimé par 1 personne

  3. L’amour, tu le cherches et pas n’importe lequel mais le beau, le grand celui qui englobe le Vivant dans son ensemble. « l’Amour n’est pas la force qui cherche à combler les distances car elle est l’abolition même des distances. Ce n’est donc ni son but, ni son acte. Non, l’Amour, je le pense, est cette générosité sans calcul qui aide à faire grandir »
    Pas d’amour besoin, béquille, comblement de nos manques mais celui qui enrichit, l’amour don, partage, l’en-Vie….

    Aimé par 1 personne

  4. votre écrit… est de grande pointure d’esprit…. et cela sans ‘flatterie aucune »…
    une âme.. en ces mots… si je puis me permettre… de grande qualité….
    l’introspection de son être en fait une Lumière… en éveil…
    et l’analyse…. ici ou là… portera ses fruits….
    une belle assise….
    sur toile de soie….. de soi…..

    Aimé par 1 personne

  5. Je me demande si par une « trop » grande conscience de l’amour universel, le sentiment d’aimer tous les êtres humains et la possibilité d’être liée à tous j’en viens à en être incapable d’un amour plus ciblé, plus personnalisé.
    Je me fonds et me perds dans une production d’amour toujours plus grande et de moins ne moins fixé à un objet au profit de tous, d’un tout.
    L’amour adressé spécifiquement dans une relation privilégiée avec un homme me limite trop. ET je peux partager bien au delà, sans commune mesure sans cette restriction de relation amoureuse.
    Est ce que ce sera durable ? Surement que mon cheminement dans ma pensée et mon ressenti changera avec les années et les expériences, même si j’ai le sentiment intime d’avoir atteint un point important dans ma vie à ce niveau là.

    Aimé par 1 personne

    1. Juste tous les êtres humains ? Lorsque je considère les choses singulièrement ou par catégories (des singularités composites), je tombe dans le relatif, le comparable, et en ce contexte, comme tout le monde je fais ce qui y est naturel : je compare par rapport à moi et mes goûts. Les choses y sont détestables ou appréciables ou neutre, enfin, le résultat dépend de la relation considérée. Mais en parallèle, je vis l’Amour (qui n’est pas la même chose, même si les mots prêtent à confusion) et là ce sont tous les êtres (vivant ou non, concret ou non) que j’aime (oui, l’Amour produit des amours), ou plutôt avec lesquels l’Amour me dissout (dans l’absolu) et me met discrètement ou non en relation (dans le relatif), et ce pour ce qu’ils sont (des êtres, sans plus) et pourraient être (leurs possibles).

      De ce que j’ai vu sur ma route, et celle d’autres, d’abord on reste borné au Relatif, les référents servant de parc pour enfant. Puis on en sort, les référents servant alors de repères confortables. Puis on les perds, volontairement ou non, plus souvent non : c’est l’Abysse, tout s’y dissout, et on peut même y perdre sa forme si on s’y maintient trop. Puis on tombe sur l’Absolu et son élément primordial, le point, accès au Potentiel, et celui-ci n’est pas atomique parce qu’on y retrouve, en puissance, tout le reste et plus encore (comme on retrouve l’arbre en la graine). Alors, au début, on vit en parallèle dans ces deux mondes : Absolu et Relatif, n’osant ou ne sachant retourner à l’Origine (le Potentiel). Et petit à petit sur le chemin, ces deux là se rapprochent, presque imperceptiblement (du moins jusqu’à ce qu’on réalise qu’ils le font), et puis ils se confondent (encore une noce alchimique de plus, d’un autre degré que je suis loin encore d’atteindre malgré que j’ai en quelque sorte vite été tourner les pages du livre de l’Homme jusqu’à plus loin, impatient d’en connaître l’origine :p). Non, l’amour universel ne se limite pas à autre objet du monde que le Tout pris singulièrement jusqu’au moindre élément, et c’est la forme la plus directe, le plus crue, la plus brute de l’Amour.

      Fixer le Relatif quand on baigne dans l’Absolu, c’est juste regarde ce qui dans cette soupe garde encore forme … cela peut paraître étrange, mais c’est pourtant possible : c’est comme le Potentiel, il ne fait pas qu’exister en temps que lieu premier, origine, et il ne disparaît pas à la moindre manifestation, non, il continue d’exister en chaque chose : il se réplique (bon, j’ai une opinion plus riche en la question, mais j’en parlerai peut-être un jour, mais ailleurs). Et s’il en était autrement, les choses resteraient invariables (il faut le potentiel pour passer d’un état à un autre, sinon il n’existe qu’un seul état). L’Absolu c’est un peu pareil. Bon, ce que j’appelle Absolu, ce n’est pas ce lieu des choses parfaites. C’est ce lieu des « modèles », des « schémas », des « concepts », de ces potentiels qui ont éclatés en big bangs. Pour s’en faire une idée, c’est un peu comme ce moment transitoire où tu as envie de dire quelque chose et que tu vas l’exprimer : avant que de cette idée (représentant ici le potentiel) tu choisisses un état particulier (l’effectif, ici le propos), tu as affaire à une soupe d’états possibles (des choix, des envies) manifestés (en pensées) : ces « mots » qui te viennes et que tu dois choisir. C’est aussi comme ces états intriqués des particules ce me semble, mais là je ne pourrai en parler.

      Si tu éprouve l’incapacité de ciblage, je me dis qu’il existe peut-être deux explications (parmi d’autres qui ne me viennent pas encore) :
      – C’est que ce n’est pas de l’amour universel. Finalement, l’amour universel (que je distingue de l’Amour), c’est la généralisation des amours spécifiques à une catégorie plus étendue, ce qui s’obtient par l’intellectualisation par exemple, quelle soit consciente ou non, volontaire ou non, etc. Du coup, l’amour universel est à l’amour spécifique ce que le sentiment est à l’émotion. L’amour universelle est donc l’amour spécifique de la catégorie la plus vaste (les êtres) prise en tant que singularité : c’est donc juste que tu préfères les Hommes à tout humain en particulier.
      – En cette chose là, tu reste trop longtemps dans l’Abysse et tout s’y dissout, tout y perds sa forme, du coup, tu ne peux plus éprouver facilement des amours spécifiques (qui perdent leur sens), jusqu’à ce qu’un jour, tu ne puisse plus éprouver d’amours du tout (et sans forcément que cela t’amène à accueillir l’Amour … tu y seras plutôt neutre même). Plonger quelque chose en l’Abysse, c’est lentement désagréger sa forme, puis son fond, couche par couche, jusqu’à ce qu’il ne reste plus que le Potentiel pur auquel elle retourne.

      Si c’est le deuxième cas, ce qui reste heureusement peu probable, c’est risqué :/ Si c’est le premier cas, ben il me vient bien quelques idées à mettre en parallèle (au sens de l’action, pas de la corrélation) :
      – apprendre à voir le soi en l’autre et l’autre en soi,
      – s’intégrer à la catégorie considérée (et alors tout est sur le même pied d’égalité)
      – inverser le sens de l’analyse : passer de la généralisation à la spécialisation sans perde de vue le sentiment éprouver : faire des projections de ce sentiment sur les éléments de la catégorie lorsqu’on les rencontre. Tu aimes les Hommes, tu rencontre X, X appartient à Homme, donc tu aimes X (partie intellectuelle pure), après la partie sentimentale, ben si ca vient pas naturellement, faut se programmer =D (dialoguer avec les parties de soi où ca « coince » pour comprendre pourquoi, et voir si on peut pas « résoudre »).
      Enfin, en même temps, je donne un avis, mais ca vaut pas grand chose. C’est pas comme si on était obliger d’aimer un être spécifiquement. Y a que la deuxième possibilité (l’Abysse) qui elle peut être problématique, mais ca, ca n’arrive que si on a trop intellectualisé une chose : faut juste relâcher un peu la pression … bon, c’est plus « complexe » que ça, mais je ne sais pas encore très bien en parler :s Au pire, si c’est vraiment ça, « rebrousser chemin » (inverser le sens de l’analyse) plutôt que d’arrêter l’analyse (ce qui ne servirait pas à sortir de l’Abysse, faut pas rêver).

      PS: Dans ma façon de voir les choses, les amours, ce sont des relations (des liens) que l’on connaît par les sentiments, l’affect (cette partie de l’âme la plus proche de l’esprit), alors que l’Amour est un champ de force, un champ d’amours. Du coup, un amour est un ensemble d’interactions particulières entre deux entités particulières dans un contexte particulier, définie par les lois de l’Amour, une implémentation particulière au même titre qu’un circuit électrique entre deux dipôles est un ensemble d’interactions définies selon le cadre de l’électro-magnétisme (bon je simplifie et raccourcit à l’extrême, et ce n’est pas exactement ça un circuit, et ce n’est pas exactement un interaction au sens de la physique, donc pas taper, je sais :p).

      PPS:  » >  » pour  » se construit sur, par complexification/abstraction des éléments de  » :
      Relatif [ > Abysse > ] Absolu > Potentiel ; avec Abysse en tant que couche logique intermédiaire un peu étrange et très active qui peut autant servir de filtre (comme la membrane des cellules), que de « dissolvant » (dans le sens de l’intellectualisation) que de « formateur » (dans le sens de l’implémentation).
      A ce « schéma » en couche, selon ma pensée, correspond la construction des couches de l’être, au sens de la construction de l’expression de celui-ci (et pas au sens biologique ou physique où il faudra peut-être, sans être certain, inverser l’ordre ou le modifier*) :
      [(Relatif) Corps > Âme > Esprit « concret »] > [(Absolu) Espri « abstrait » > Archétype/Complexe archétypal (à définir :3) > Nature manifestée (aussi à définir :3)] > [(Potentiel) Nature (le point) > Potentiel (commun à tous)]

      PPPS : Tout ça n’est qu’opinion personnelle, celle qui est mienne en cet instant mais peut encore évoluer :p

      * : Il y a plusieurs possibilités, et deux se concourent il me semble : il y a ceux qui pensent que c’est l’âme qui fait fonctionner le corps (et ceux-là ne changeront pas l’ordonnancement proposé dans le PPS), et ceux qui pensent que c’est le corps qui fait fonctionner l’âme (et alors âme et esprit ne sont que des systèmes d’exploitation du corps si puis-je dire), et là on pourrait avoir l’ordre suivant, par exemple : Absolu > Relatif/Concret > « Abstrait » (dans le sens de flou, de pré-manifesté) > Potentiel. A voir.

      Aimé par 1 personne

  6. A ta première question je dirais : les êtres aussi il me semble.

    Je crois que j’aime de façon très « simple » et désintéressée si je me laisse aller à ma nature profonde, mais l’échange concret avec un autre vivant complique puisqu’il attend justement ses référents, moi je m’en rends compte, j’ai d’abord tenté de les fournir puis non, me suis détachée de l’attente de l’autre, n’ayant pas vraiment de référent, ou les ayant essayé mais sans me convenir.
    Mais l’autre y répond -en général- pas la rupture de la relation se sentant pas aimé et laissé de coté alors que tout au contraire là -pour moi- je l’aime et le laisse totalement libre.

    Je suis du même avis sur l’idée du potentiel qui se réplique, je le dis autrement mais c’est exactement la même idée.
    Pour moi, c’est ce qui nous rend « immortel ». Cela restera bien après nous.
    ON ne peut mesurer l’impact de nos gestes/manifestations d’amour, de l’amour porté.

    Ta première hypothèse semble plutôt valable même si j’en suis pas arrivée à cet extrême il me semble.

    -apprendre à voir le soi en l’autre et l’autre en soi : compliqué lorsque depuis toujours je me sens différente mais paradoxalement liée à tous en tant qu’Homme.

    Mais oui j’aime les Hommes et mon sentiment spontané et d’aimer les gens que je rencontre spécifiquement, ça je n’ai absolument pas à le « penser », heureusement ^^.
    C’est la relation concrète qui devient compliquée mais en soi l’amour est là bien réel et ressenti.
    Aujourd’hui j’essaie de ne plus me surdapter dans cette relation (une adaptation reste néanmoins nécessaire quoi qu’on en dise à partir du moment où l’on entre en relation), je suis naturelle et le faussé avec l’autre se creuse ou simplement se découvre. Je ne le cache plus. Il ne me fait plus vraiment peur même si la solitude en résulte.

    Ps : à partir de ton deuxième PS ça devient compliqué pour moi de tout bien saisir, désolée…

    Aimé par 1 personne

    1. Trop de liberté et c’est la dissolution de toute forme, donc de tout être …

      Damn, oui, dans ma généralisation j’avais complètement oublié l’aspect concret du relationnel :s Bon, il va falloir que j’y repense encore car ce n’est pas juste un oubli dans le texte, mais un oubli dès le départ de l’idée :s Je me suis trop focalisé sur la définition de l’Amour par rapport à celles des amours en une sorte de physique de l’Amour, mais j’ai un peu oublier en chemin de penser au « vivre la relation induite », aux couples donc XD Et si je le fais, il faudra restituer l’intervention des autres « forces » … je vais pour l’instant juste garder la notion d’Amour en tant que champ d’amours, et essayer de voir les autres champs possibles, je reviendrai aux couples plus tard =D

      J'aime

  7. An fascinating dialogue is value comment. I believe that it is best to write more on this matter, it might not be a taboo topic but generally individuals are not sufficient to talk on such topics. To the next. Cheers gfgeaedaecbe

    Aimé par 1 personne

    1. I agree, most of things are too much complex to be fully understood by only one mind, and I think that it is of our duty to explore all topics of humanity, from individual intimate life, to « mecanisms » of societ(y|ies) ; and love is a bridge between this two sides of humanity : a personnal feeling and a relational system (sorry to talk about love in such pragmatic terms, but too much poetry kill the reality :p). So, if you want to think with us on this topic on in an other, you’re welcome :)

      J'aime

  8. What’s Happening i’m new to this, I stumbled upon this I have discovered It positively helpful and it has aided me out loads. I hope to contribute &amp help other users like its helped me. Good job. dedaafkdfddb

    Aimé par 1 personne

Vos commentaires sont les bienvenus ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s