Au bas des tours

Au bas des tours, je vois un arbre, un arbre en fleurs, un arbre en pleurs. Les larmes du monde coulent en torrents, on fait semblant, mais dans le fond, les rires sont forcés.Sous l’écorce c’est la douleur, c’est la peur, les fuites qui s’ignorent, les fuites que l’ont fuit, tapis sous les feuilles de l’automne, rouge comme le sang sur nos mains à tous. On n’a pas le choix, paraît, comme si la société remplaçait la physique. Et les pommes tombent, les vers se régalent, les oiseaux gavés, remontent les tours, dans l’assiette le poulet, un coup de sifflet, la mi-temps se termine, les saisons meurent … Au bas des ruines, les pavés, le béton armé, parade martiale, lune de foutre à Las Vegas, paranos, c’est la douleur, c’est la peur, les cages en plaqué, or le bling bling, trop de faste, trop de néfaste, trop de furieux, trop de führer, modernisés. Les arbres coupés, langue de bois, propagande sur les feuilles, pommes pourries, enfants rois, gâtés, poussent à la place les parkings pour les lexus, faut toujours dépenser, mais quoi? Tapinage artistique, sur le glissant de notre sueur, le marché de l’emploi, aux pôles du non-sens, explosés les terroristes, immolés les fermiers, défoncés les artistes, aveugles les moutons, enrichis les riches, affamés les opprimés …

Publicités

Vos commentaires sont les bienvenus ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s