Naître

Noir, si noir, dans la terre étouffé, je me vis, me soulève, gratte le plafond comme je peux. Noir, si noir, mais moi je veux voir, et ici il n’y a rien, je veux tout savoir. Je dessine devant moi un tunnel, qu’à son bout soit la lumière et les choses du monde, que je veux les porter à mes yeux, reluquer. Je m’échappe de la mort, les ongles en sang, rejoindre la vie à coup de main, à coup de poing, sortir de ce tellurique vagin, naître enfin.

Publicités

Vos commentaires sont les bienvenus ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s