Les amours déchus – les envolées éphémères

Ahhh, Cécile, de ses cils papillonnant, m’en vole le cœur lorsque dans ses yeux je me perds. Elle qui est de ces elles [femme] qui font frémir les plumes pour coucher sur le papier les cotonneux célestes. Elle qui me plu, mais pourtant me gagnent à présent les vertiges, à trop s’être envoyés en l’air que j’en rêve de devenir assez leste pour retoucher terre.

Publicités

Vos commentaires sont les bienvenus ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s